39. Je suis allé trop loin… Je regrette.. Tout est-il perdu?

Personne n’est jamais trop moche pour Dieu : il ne peut s’arrêter de nous aimer.
« Je ne t’oublierai pas. J’ai dissipé tes crimes comme un nuage, et tes péchés comme une nuée, reviens à moi, car je t’ai racheté ! » (Is 44, 21-22)

De multiples fois dans la Bible de telles paroles d’amour et de pardon nous sont adressées par le Seigneur. Mais ces paroles ne lui suffisaient pas pour nous dire qu’il nous aime au-delà de nos péchés, qu’il veut nous donner la vie au-delà de la mort : Il est venu lui-même, le Seigneur Dieu. C’est lui Jésus, Fils du Père tout puissant, qui vient vivre parmi nous comme un enfant à Noël. C’est lui-même qui nous raconte la parabole de l’Enfant prodigue. Et pour montrer jusqu’au bout que Dieu est miséricorde et pardon, il préfère se laisser mettre à mort plutôt que de donner l’image d’un Dieu vengeur : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23,34).
Jésus fait entrer au Ciel le premier un pécheur, un bandit, celui que depuis on appelle le bon larron. Le premier !

Alors, si tu te juges toi-même, si toi tu n’arrives pas à te pardonner, va rencontrer Jésus dans le prêtre. Au nom du Fils de Dieu, il a le pouvoir, il est obligé de te pardonner : « Devant lui nous apaiserons notre cœur, si notre cœur venait à nous condamner, car Dieu est plus grand que notre cœur. » (1 Jn 3, 19-20)

Témoignage

Il y a quatre mois, je me suis fait avorter. Cela a été terrible… Mais je ne savais plus vers qui me tourner : j’étais seule, j’avais dix-sept ans, je ne savais pas que faire…. Ma mère me poussait à ne pas le garder. La vie pour moi n’avait plus aucun sens…

Deux mois après, il y avait une mission dans notre ville et les jeunes sont venus dans l’aumônerie de mon école pour témoigner de leur rencontre avec Dieu. Des prêtres étaient présents : nous pouvions aller nous confesser si nous le voulions. Je n’osais pas, mais, lorsque je me suis levée pour quitter la salle, j’ai fondu en larmes. Un prêtre s’est alors approché de moi pour parler. Je lui ai expliqué ce qui m’était arrivé. Nous avons prié et il m’a proposé de demander le pardon de Dieu. Je me suis donc confessée et aussitôt, me suis sentie libérée d’un grand poids.

Je sais que beaucoup de jeunes sont dans mon cas, pour cette faute-là ou pour une autre et je voudrais leur dire qu’il n’est jamais trop tard pour demander pardon au Seigneur. Confiez-lui votre peine et vous serez libérés.

Je sais maintenant que mon enfant est auprès de Dieu. Je crois qu’il m’a pardonné et qu’il prie pour moi.

 Frédérique