5. Garçon, fille, comment vivre la différence ?

5 questions FRD’abord avec réalisme.

Il y a des différences : pas figées, certes, avec des nuances selon les personnalités de chacun… mais il y a des différences. On est homme ou on est femme dans tout son être, et pas seulement dans son corps. Chacune de nos cellules, sans exception, porte d’ailleurs le chromosome de la masculinité ou de la féminité. C’est donc tout notre être qui est sexué.

  • Ainsi, de manière assez générale, la femme a une intelligence, une perception des choses et des situations plus intuitive que l’homme. Elle est aussi plus imaginative. Lui est souvent plus à l’aise dans le raisonnement, en tout cas, il se laissera moins facilement “embarquer” par son imagination.

Autre exemple : l’affectivité, la sensibilité de la femme, et aussi son imagination, sont prédominantes, en particulier dans sa façon d’aborder l’amour. L’aspect physique sera second pour elle. Chez l’homme au contraire, le physique s’éveille d’abord, la sensibilité ensuite, de manière moins immédiate.

  • Alors, comment vivre la différence ?

Soyons concrets. D’abord il faut la connaître, pour mieux se respecter. Combien de filles n’ont pas du tout conscience que certaines de leurs tenues, par exemple, peuvent troubler des garçons ! Alors, sans s’habiller avec un sac de pomme de terre — bien au contraire ! — une vigilance s’impose. La mode, elle, ne s’impose pas de manière absolue.

Et combien de garçons ignorent totalement que leurs gentillesses imprudentes suscitent chez telle ou telle fille des questions ou des imaginations sans nombre : « Je crois qu’il s’intéresse à moi. D’ailleurs, il est venu s’asseoir à côté de moi… »

La différence : un don de Dieu

Plus profondément, cette différence entre homme et femme est un don de Dieu. Nous sommes ainsi faits pour nous rencontrer, nous aimer. Pour nous servir et nous soutenir.

Cette différence a besoin d’être éduquée. A nous de développer nos qualités propres pour mieux servir les autres. C’est exigeant mais ne connaissons-nous pas tous de ces garçons ou de ces filles qui, par leur comportement, par leur regard, par ce qu’ils sont, suscitent le respect amical et donnent envie d’être plus généreux, sans pour autant être des faiseurs de morale ?