J’ai décidé de faire mon coming-out cette année (Pere Alvaro)

Image by Monika Robak from Pixabay

Comme vous l’avez lu, j’ai décidé de faire mon coming-out cette année. Après avoir vu tant de personnes se vanter de leurs ′′différences ′ et les applaudir et leur dire ′′quel courage ′, etc, j’ai décidé de sortir du placard. Je me suis posé la question, pourquoi pas moi ? Alors j’ai pris la décision, cette année le père Alvaro fera son coming out. J’ai pris ma décision et j’ai sorti ma soutane de l’armoire, et à partir de janvier, j’ai commencé à la porter tous les jours, du matin jusqu’à l’heure du coucher. En toute décontraction, sans annonces solennelles, sans faire de bruit, sans donner d’explications préalables. Sans chercher à en faire l’éloge et sans craindre les moqueries, les insultes ou les regards étranges. Quelles ont été mes surprises ? Beaucoup D’abord, je n’aurais jamais pensé que le port de la soutane quotidienne pouvait me rendre aussi heureux qu’un prêtre. Cela m’a permis de faire plus facilement tout le bien que je n’aurais jamais pu imaginer. J’ai béni, conseillé, aidé, confessé tant de personnes à qui il a été donné de me voir en soutane. Ensuite, à ma grande surprise, même en me promenant dans des lieux aussi divers que le centre commercial, le cinéma, les restaurants, les pachangas, les piñatas, le marché, la zone de tolérance du centre-ville, la foire aux livres, etc. Et après avoir rencontré toutes les tribus urbaines que j’avais et pour avoir été là, en 5 mois je n’ai reçu aucune insulte ou manque de respect de la part de qui que ce soit ; encore des gens ouvertement anti-catholiques. Ce qui est triste, c’est que la seule moquerie sérieuse que j’ai reçue pour l’avoir utilisé a été de la part d’un prêtre. Troisièmement, il est malheureusement si inhabituel pour un prêtre diocésain d’utiliser une soutane noire que j’ai généralement été confondu avec un religieux. Ces derniers mois, on m’a confondu avec : Franciscain, Agustine, Monje, Missionnaire, séminariste, Chevalier Jedi (sans blague), Karateka, Dark, Mannequin (sans blague non plus). Et souvent, on m’a même pris pour un prêtre, ce qui est une bonne chose. Cela me fait me demander à quel point nous nous sommes sécularisés, ce qui n’est plus associé au prêtre diocésain à la soutane dans la vie quotidienne. Quatrièmement : pour être une société ′anti-religieuse ′, il est remarquable de voir le nombre de personnes qui me demandent une bénédiction, quand une personne me la demande spontanément, cela incite mes proches à la demander aussi. En conclusion, je suis très heureuse d’avoir pris cette décision, quand je l’ai fait, j’ai pensé le faire pendant un an ; mais maintenant je peux dire que c’est quelque chose que je veux faire en permanence. Cela m’aide, cela me rend heureux, cela aide les gens à trouver plus facilement un prêtre et la grâce. Cela rappelle encore à ceux qui en sont éloignés que Dieu continue à parcourir le monde ; cela me rappelle constamment que là où il marche, je représente Jésus et son épouse l’Église. Elle me rappelle que la méchanceté sait se déguiser en ′ange de lumière′, c’est-à-dire : je n’ai pas non plus vu la haine et le mépris dans les yeux des Témoins de Jéhovah et des chrétiens lorsqu’ils voient un prêtre. Au contraire, beaucoup se sont approchés d’un dialogue intéressant. Même les voyous du centre se sont approchés de moi respectueusement pour demander une bénédiction. Il est amusant de voir d’où vient le plus la haine. Ceux qui ont des oreilles qui comprennent. Cela me rappelle aussi qu’un jour, je veux être un saint : puis-je imaginer saint Juan Bosco, saint Ignace de Loyola, saint François Javier, saint Felipe Neri, saint Thomas d’Aquin, saint François d’Assise sans sa soutane ou son habit ? Non ; est-ce que je veux être un saint ? Oui, alors il est bon d’utiliser la soutane. L’utiliser m’a confirmé une vérité oubliée, la soutane est un sacramental, c’est-à-dire qu’elle suscite la grâce et dispose les gens à la recevoir. Le clergyman (chemise cléricale) ne l’est pas. Enfin, je ne me donnerai pas un air de grandeur en portant la soutane quotidienne. Cela ne me rend pas automatiquement plus grand ou plus saint que les autres prêtres. Mais cela m’aide énormément, j’invite les autres prêtres à être courageux, à sortir la soutane de l’armoire, à l’utiliser plus souvent et vous verrez le bien qu’ils se font et qu’ils font aux âmes. Vous ne le regretterez pas. † † Père Alvaro Salvador Gutierrez Felix

Dona ora per chi ha bisogno. Grazie!

SOSTIENI INIZIATIVE MISSIONARIE!
Con il tuo 5 per 1000 è semplice ed utilissimo.
Sul tuo 730, modello Unico, scrivi 97610280014

Le manifeste des Médecins: Nous voulons rappeler le rôle de la Médecine