Analyse des faits par les collaborateurs de Benoît XVI 

Prof. Stefan Mückl – Rome (Droit canonique)

Prof. Helmuth Pree – Ludwig-Maximilians-Universität, Munich (Droit canonique)

L'articolo continua dopo questa richiesta di aiuto...
SOSTIENI GLI AMICI DI LAZZARO E QUESTO SITO.
Abbiamo davvero bisogno di te!
IBAN (BancoPosta intestato ad Amici di Lazzaro)
IT98P 07601 01000 0000 27608 157
PAYPAL Clicca qui (PayPal)
SATISPAY Clicca qui (Satispay)

M. Stefan Korta – Buchloe (Droit canonique)

SOSTIENI QUESTO SITO. DONA ORA con PayPal, Bancomat o Carta di credito

   

L’avocat Carsten Brennecke – Cologne (Droit à la liberté d’expression)

Dans le rapport sur les abus de l’archidiocèse de Munich et Freising, on affirme que :

Joseph Ratzinger, contrairement à ce qu’il prétendait dans le mémoire rédigé en réponse aux experts, était présent à la réunion de l’Ordinariat du 15 janvier 1980 dans laquelle il parlait du prêtre X. Et l’on prétend que le Cardinal Ratzinger aurait employé ce prêtre dans l’activité pastorale, alors qu’il était au courant des abus qu’il avait commis, et aurait ainsi dissimulé ses abus sexuels.

Cela ne correspond pas à la vérité, selon nos vérifications:

Joseph Ratzinger n’était au courant ni du fait que le prêtre X était un abuseur, ni qu’il était inclus dans l’activité pastorale.

Les documents montrent que lors de la réunion de l’Ordinariat du 15 janvier 1980, l’emploi du prêtre X pour une activité pastorale n’a pas été décidée.

Les procès-verbaux montrent également que lors de la réunion en question, il n’était pas question du fait que le prêtre avait commis des abus sexuels. Il s’agissait exclusivement de l’hébergement du jeune prêtre X à Munich, car il devait y suivre une thérapie. On a répondu à cette demande. La raison de la thérapie n’a pas été mentionnée lors de la réunion.

Lors de la réunion, il n’a donc pas été décidé d’employer l’agresseur dans une activité pastorale.

Dans le rapport sur les abus de l’archidiocèse de Munich et Freising, il est indiqué que :

En ce qui concerne sa présence à la réunion de l’Ordinariat du 15 janvier 1980, Benoît XVI a sciemment déposé le faux, il a menti.

Cela ne correspond pas à la vérité, en effet :

La déclaration contenue dans le mémoire de Benoît XVI selon laquelle il n’a pas participé à la réunion de l’Ordinariat du 15 janvier 1980 est en fait incorrecte. Cependant, Benoît XVI n’a pas menti ni consciemment dénoncé le mensonge : dans la rédaction du mémoire de Benoît XVI, ce fait a été soutenu par un groupe de collaborateurs. Il est composé de l’avocat Carsten Brennecke (Cologne) et des collaborateurs suivants pour le droit ecclésiastique : Stefan Mückl (Rome), qui au nom de Benoît XVI a examiné les documents, Helmuth Pree et Stefan Korta. Les collaborateurs ont été appelés parce que Benoît XVI ne pouvait pas analyser tout seul la masse de questions en peu de temps et parce que le cabinet d’avocats chargé de l’expertise posait des questions qui se référaient au droit canonique, de sorte que pour la réponse une compétence en droit canonique était nécessaire. Seul le professeur Mückl a été autorisé à consulter les documents en version électronique, sans se voir accorder la possibilité de stocker, d’imprimer ou de photocopier des documents.

Aucun des autres collaborateurs n’a été autorisé à consulter les documents. Après la visualisation des documents au format numérique (8 000 pages) et leur analyse par le Prof. Mückl, une nouvelle phase de traitement suivie par le Dr Korta, qui a commis par inadvertance une erreur de transcription. Le Dr Korta a noté à tort que Joseph Ratzinger n’était pas présent à la réunion de l’Ordinariat du 15 janvier 1980. Cette erreur a donc échappé à ses collaborateurs: il ont écrit l’absence là où elle n’a pas eu lieu. Ils se sont fiés à une fausse indication, insérée par erreur, en omettant de demander explicitement à Benoît XVI s’il avait été présent à cette réunion. Sur la base de la transcription erronée du procès-verbal, on a plutôt supposé que Joseph Ratzinger n’était pas présent. Bien qu’il ait été tenu de vérifier ce qui était présenté sur la base de son propre mémoire, Benoît XVI n’a pas remarqué l’erreur due aux délais limités imposés par les experts, et il a fait confiance à ce qui était écrit, et donc son absence a été enregistrée.

Cette erreur de transcription ne peut être imputée à Benoît XVI comme une fausse déposition consciente ou un « mensonge ».

De plus, cela n’aurait eu aucun sens que Benoît XVI ait intentionnellement nié sa présence à la réunion : en fait, le procès-verbal de la réunion contient des déclarations de Joseph Ratzinger. La présence de Joseph Ratzinger était donc évidente. Par ailleurs, en 2010, plusieurs articles de presse ont fait état – sans démenti – de la présence du cardinal Ratzinger à la rencontre. De même, une biographie de Benoît XVI publiée en 2020 se lit comme suit : « En tant qu’évêque, lors d’une réunion de l’Ordinariat en 1980, il avait seulement accepté que le prêtre en question puisse venir à Munich pour suivre une psychothérapie » (Peter Seewald, Benedikt XVI, Droemer Verlag 2020, p. 938).

Dans le rapport, on soutient que :

Benoît XVI a eu un comportement erroné dans trois autres cas. En fait, même dans ces cas, il aurait su que les prêtres étaient des abuseurs.

Cela ne correspond pas à la vérité, d’après nos vérifications en effet :

Dans aucun des cas analysés par le rapport, Joseph Ratzinger n’a eu connaissance d’abus sexuels commis ou de soupçons d’abus sexuels commis par des prêtres. L’expertise n’apporte aucune preuve contraire.

En ce qui concerne le cas du prêtre X, discuté publiquement dans la réunion de l’Ordinariat de 1980 en ce qui concerne le logement à lui accorder pour la thérapie, le même expert – lors de la conférence de presse du 20.01.2022, à l’occasion de la présentation du rapport sur les abus – a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que Joseph Ratzinger en ait eu connaissance. Lorsqu’un journaliste lui a demandé si les experts étaient en mesure de prouver que Joseph Ratzinger était au courant que le prêtre X avait commis des abus sexuels, l’expert a clairement déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que Joseph Ratzinger en était conscient. Selon l’opinion subjective des experts, ce serait simplement « plus probable ».

Vous pouvez retrouver la conférence de presse sur le lien suivant : https://vimeo.com/668314410

À la minute 2:03:46, vous trouvez la question du journaliste : « Ma question se réfère également toujours au cas du prêtre X. Le cabinet d’avocats peut prouver que le cardinal Ratzinger était alors au courant du fait que le prêtre X était un agresseur ? Que signifie « plus probable » dans ce contexte ? » […]

Un expert répond : « […] Plus probable signifie que nous l’assumons avec une probabilité plus élevée. […] « .

L’expertise ne contient aucune preuve qui corrobore l’accusation de comportement erroné ou de concours à la couverture.

En tant qu’archevêque, le cardinal Ratzinger n’a été impliqué dans aucune couverture d’actes d’abus.

Dans le rapport, on soutient que :

Dans le mémoire présenté, Benoît XVI a minimisé les actes d’exhibitionnisme. Comme preuve de cette affirmation, l’indication suivante est donnée dans le mémoire : « Le curé X a été noté comme exhibitionniste, mais pas comme abuseur au sens propre. »

Ce ne correspond pas à la vérité, en effet :

Dans le mémoire présenté, Benoît XVI n’a pas minimisé les comportements exhibitionnistes, mais il les a expressément condamnés. La phrase utilisée comme prétendue preuve de la minimisation de l’exhibitionnisme est décontextualisée.

En effet, dans son mémoire, Benoît XVI affirme avec la plus grande clarté que les abus, y compris l’exhibitionnisme, sont « terribles », « coupables », « moralement répréhensibles » et « irréparables ». Dans l’évaluation canonique du fait, introduite dans la mémoire par nous collaborateurs selon notre jugement, on voulait seulement rappeler que pour le droit canonique alors en vigueur l’exhibitionnisme n’était pas un crime au sens strict, puisque la norme pénale relative n’incluait pas parmi les cas les comportements de ce type.

Pour cette raison, le mémoire présenté par Benoît XVI ne minimise pas l’exhibitionnisme, mais le condamne clairement et explicitement.

Cette analyse des faits a été rédigée par les collaborateurs du pape émérite en allemand. Si des différences linguistiques sont constatées, c’est la version en langue allemande qui fera foi.

SOSTIENI INIZIATIVE MISSIONARIE!
Con il tuo 5 per 1000 è semplice ed utilissimo.
Sul tuo 730, modello Unico, scrivi 97610280014