Science et recherche sur le Suaire

En 1898, avec la première photographie, une nouvelle phase s’ouvre pour le Suaire, celle des investigations scientifiques pour répondre à quelques questions supplémentaires sur le tissu le plus célèbre du monde.

Comment l’image du Suaire s’est-elle formée ?
Comment est-il possible qu’un cadavre laisse une empreinte avec des caractéristiques similaires sur une feuille.
Au cours des cent années de recherche, diverses théories ont été avancées et de nombreuses expériences ont été menées pour tenter de reproduire une image similaire à celle présente sur le Suaire, à la fois à l’aide de cadavres et par des méthodes artificielles. Certains ont émis l’hypothèse que l’empreinte était générée par les réactions chimiques entre les vapeurs d’ammoniac émises par le cadavre et les substances végétales parfumées telles que l’aloès et la myrrhe, utilisées dans l’Antiquité pour honorer les morts. D’autres ont émis l’hypothèse de la présence de rayonnement provenant du corps lui-même ou d’une source externe. Certaines expériences ont exploité l’énergie thermique générée par une statue en métal chauffée, tandis que d’autres ont tenté de peindre une image en utilisant de l’ocre rouge sur un drap de lit.

Cependant, aucune de ces expériences n’a réussi à produire une image similaire à celle du Suaire de manière satisfaisante. De plus, certaines caractéristiques de l’image du Suaire restent encore uniques à ce jour. Malgré cela, les résultats obtenus ont permis d’affirmer avec certitude que l’image a été produite par un processus naturel dérivant du cadavre d’un être humain, excluant l’intervention d’un artiste qui aurait utilisé des techniques de reproduction conventionnelles.

En 1978, le groupe de recherche américain appelé STURP (Shroud of Turin Research Project) a mené des expériences directes sur le Suaire. Grâce à une série complexe de tests, les scientifiques ont déterminé qu’il n’y avait pas de pigments ou de colorants présents sur la feuille, démontrant en outre que l’image corporelle est absente sous les taches de sang (indiquant qu’elle s’est formée après elles). L’empreinte ne s’étend que sur une épaisseur de quelques centièmes de millimètres dans les fibres superficielles du tissu et s’est révélée être “due à une oxydation-déshydratation de la cellulose”. Le processus de formation d’une telle empreinte reste encore inconnu et n’a certainement pas été causé par des moyens artificiels.

Quelles traces biologiques peut-on trouver ?
En deux années différentes, 1973 et 1978, quelques micro-traces ont été prélevées sur le Suaire en appliquant des rubans adhésifs, révélant des grains de pollen appartenant à 58 plantes à fleurs. Étant donné que certaines d’entre elles proviennent de plantes qui ne poussent qu’en Palestine et en Anatolie (dans l’actuelle Turquie), on peut conclure que la permanence prolongée du Suaire est hautement probable, ainsi qu’en Europe, également dans ces régions. D’autres recherches, également menées par des universitaires israéliens, ont permis la découverte d’autres types de plantes, une découverte qui a confirmé l’hypothèse susmentionnée.

Que pouvez-vous dire des taches de sang ?
L’analyse des taches rouges visibles sur le Suaire a toujours conduit à les considérer comme des taches de sang. Cependant, pour avoir une certitude absolue, il a fallu procéder à un examen approfondi de la matière présente sur ces taches. En 1978, deux équipes de chercheurs (un italien et un américain) ont prélevé des échantillons de ce matériel et les tests effectués dans les années suivantes ont confirmé la présence de sang humain du groupe AB.

Que peut nous dire le matériau du tissu Shroud ?
Le Suaire présente un tissu tissé sur un métier à pédale rudimentaire, avec une torsion à chevrons qui était courante dans la région syro-palestinienne à l’époque du Christ. Ses dimensions correspondent aux coudées syriennes.

Des traces de « natron » ont été trouvées sur le Suaire, une substance utilisée en Égypte pour l’embaumement en raison de sa propriété d’absorber l’eau. Toujours en Palestine, il était utilisé pour la déshydratation des cadavres. De plus, la présence d’aloès et de myrrhe sur le tissu a été identifiée, substances utilisées en Palestine à l’époque du Christ pour l’enterrement des défunts.

Des spores, des champignons et des acariens similaires à ceux trouvés dans les tombes de la même période ont également été trouvés sur le Suaire.

Que peut-on déduire de l’image étudiée avec des moyens modernes ?
En 1977, un groupe de scientifiques américains a soumis l’image du Suaire à un traitement électronique, en effectuant un scan spécial. Ce processus a révélé que l’image contient des caractéristiques tridimensionnelles uniques que l’on ne trouve pas dans les peintures ou les photographies traditionnelles. Un an plus tard, une équipe de chercheurs de Turin a obtenu indépendamment des images tridimensionnelles haute définition, révélant de nombreux détails autrement invisibles. Par exemple, les traces sur la paupière droite ont été mises en évidence, laissées par un objet qui correspond très probablement à une monnaie romaine frappée dans la première moitié du Ier siècle de notre ère.

De plus, des images du visage exempt de blessures et de coulures de sang ont été obtenues, permettant d’obtenir une représentation réaliste du visage de l’homme du Suaire. Par la suite, les érudits ont procédé à une élaboration électronique comparative entre le visage de l’homme du Suaire et les principales icônes représentant le visage de Jésus datant du premier millénaire de l’ère chrétienne. Cette comparaison a mis en évidence un grand nombre de similitudes, suggérant fortement que le visage de l’homme sur le Suaire a pu être utilisé comme image de référence pour les icônes depuis le VIe siècle.

Quelles recherches peut-on faire sur les rencontres ?

En 1988, trois échantillons de tissus ont été prélevés dans le Suaire afin de les soumettre à une datation par la méthode du radiocarbone, communément appelée C14. Les résultats obtenus par trois laboratoires chargés de l’examen ont indiqué que le tissu Suaire remontait à une période comprise entre 1260 et 1390 après JC. Cependant, ces résultats font encore l’objet d’un large débat parmi les spécialistes quant à la fiabilité de l’utilisation de la méthode au radiocarbone pour dater un objet aux caractéristiques historiques et physico-chimiques aussi particulières que celles du Suaire.

La datation médiévale obtenue contraste avec divers résultats obtenus dans d’autres domaines de recherche. Par ailleurs, il est difficile d’établir s’il y a eu au cours des siècles une accumulation de C14 nouveau par rapport à celui présent au moment de la coupe du lin utilisé pour tisser le Suaire. Des études menées sur des étoffes anciennes ont encore rouvert le débat scientifique sur la datation du Suaire, constatant qu’une contamination de nature textile, biologique et chimique peut altérer significativement l’âge au radiocarbone d’une étoffe.

Etant donné que le Suaire était clairement sujet à une contamination de nature biologique (comme en témoignent les microtraces trouvées) et chimique (due à l’incendie subi à Chambéry), les résultats expérimentaux susmentionnés méritent une analyse et une vérification minutieuses à travers un vaste programme de recherche et de nouveaux examens. . Cela permettrait d’évaluer le problème de l’introduction d’un facteur de correction adéquat dans la datation au radiocarbone du tissu du Suaire.

Quels sont les systèmes de conservation adoptés aujourd’hui ?

En 1992, une commission internationale de scientifiques a été chargée de développer un système nouveau et moderne de conservation du Suaire. Après des années d’études et d’essais, deux nouvelles vitrines ont été conçues : une à sécurité maximale, utilisée pour les expositions de 1998, 2000 et 2010, et une plus légère pour la conservation ordinaire.

Dans la vitrine, le Linceul est positionné horizontalement, complètement étiré, plongé dans l’argon, un gaz inerte. Il est protégé de la lumière et maintenu dans des conditions climatiques constantes de température, d’humidité et de pression, contrôlées par un système informatisé. Le stockage à l’intérieur d’un gaz inerte tel que l’argon, qui ne réagit pas avec les éléments chimiques usuels, est indispensable pour éviter le développement des bactéries et ralentir le jaunissement progressif du tissu provoqué par l’oxydation naturelle due à l’oxygène atmosphérique. Ce jaunissement est responsable de la diminution progressive de la visibilité de l’image.

Les deux nouvelles vitrines ont la forme d’un parallélépipède, avec les surfaces latérales et inférieures en alliage métallique et la surface supérieure en verre anti-rayures.

En 2002, le Suaire a subi une restauration importante et indispensable. Les patchs cousus en 1534 pour couvrir les dommages causés par le feu ont été retirés et le tissu hollandais utilisé pour la couture a été remplacé. Cette restauration a permis d’éliminer les matériaux polluants présents sous les écussons, résidus de l’incendie de Chambéry de 1532, qui ont été soigneusement collectés dans des conteneurs scellés et catalogués.

Acte de consécration à Marie – Pape François

Décalogue de la sérénité – Pape Jean XXIII