Qu’est-ce que le Saint Suaire de Turin ?

Giuseppe Enrie, 1931, Public domain, via Wikimedia Commons

Le Suaire est une toile de lin rectangulaire mesurant environ 4,41 m x 1,13 m, tissée en chevrons, sur laquelle se trouve une image recto et verso d’un homme crucifié et torturé qui porte des marques et des blessures similaires à celles subies par Jésus de Nazareth.
Il est conservé à Turin (Italie) à la Cathédrale.
Autour de l’image il y a deux lignes noires et plusieurs réparations et marques causées par un incendie à Chambéry en France où elle a été conservée en 1532.

Le Suaire est communément associé au tissu qui aurait été utilisé comme linceul pour envelopper le corps de Jésus.Malgré de nombreuses études menées jusqu’à présent, il n’y a toujours pas de consensus unanime sur l’authenticité du Suaire ni sur l’explication de la formation de l’image présente dessus, qui représente fidèlement la résurrection décrite dans les Evangiles.

Sur le Suaire est visible l’image d’un homme dont l’état de mort est identifiable, mais aussi la cause du décès : la crucifixion.
L’image présente quelques difficultés de lecture en raison de l’inversion des tons clairs-sombres similaires à ceux du négatif photographique, cependant certaines caractéristiques peuvent être distinguées comme celle de la rigidité cadavérique et l’absence de tout signe de putréfaction, et il y a de très nombreux traces de coups de fouet sur le corps et contusions sur les épaules causées par le port de la croix.

Les marques des ongles sur les mains et les pieds sont bien visibles, ainsi que de nombreuses plaies perforantes sur le cuir chevelu et une large plaie sur le côté gauche (sur le Suaire, donc sur le côté droit de l’homme enveloppé).

Le Suaire décrit tous les événements qui ont précédé la crucifixion :
la flagellation, les coups au visage, les marques de la couronne d’épines sur la tête, l’utilisation de clous pour la crucifixion, les blessures aux mains et aux pieds et, enfin, les blessures causées par une lance légère infligée par l’un des soldats.

Ses jambes n’étaient pas brisées, conformément à la prophétie enregistrée dans Exode 12:46 et citée dans Jean 19:36 : “Car ces choses sont arrivées afin que l’Écriture s’accomplisse : ‘Aucun os ne lui sera brisé.'”

Sur la feuille du Suaire, on observe deux types de taches de sang, identifiées comme du sang humain du groupe AB, distinguées selon le moment où le sang est sorti du corps, aussi bien avant qu’après la mort (sang cadavérique).

L’Église catholique ne reconnaît pas le Suaire comme miraculeux mais autorise son culte en tant que relique ou icône de la Passion de Jésus.

Jean-Paul II :
“Puisqu’il ne s’agit pas d’une question de foi, l’Eglise n’a pas de compétence spécifique pour statuer sur ces questions. Elle confie aux scientifiques le soin de continuer à enquêter pour trouver des réponses adéquates aux questions liées à ce Suaire qui, selon la tradition , aurait enveloppé le corps de notre Rédempteur lorsqu’il fut descendu de la croix.

Ce qui compte avant tout pour le croyant, c’est que le Suaire soit un miroir de l’Évangile. En effet, si l’on réfléchit sur le Linge sacré, on ne peut ignorer la considération que l’image qui y est présente a une relation si profonde avec ce que les Évangiles racontent de la passion et de la mort de Jésus que tout homme sensible se sent intérieurement touché et ému en le contemplant. il.”.

Heureux les pauvres de cœur – Isaac de l’Etoile

Déclaration: Campagne visant à l’arrêt immédiat de la gestation pour autri